Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/10/2020

La nuit se lève & Apocalypse notes

Intéressée par la traduction audiovisuelle, j'ai répondu avec plaisir à l'appel de Pierre Gaffié, réalisateur, de traduire en allemand les sous-titres de trois de ses court-métrages : La nuit se lève & Apocalypse notes & La ville aux murs dauphins. Les collaborateurs et collaboratrices du deuxième de ces court-métrages ont été présenté|e|s sur la page Facebook "Apocalypse notes". Ci-dessous. la présentation de ma personne.


Suite de notre présentation de tous les membres de l'équipe de "Apocalypse notes". Aujourd'hui, faisons connaissance avec Eva Lacroix, qui a orchestré la version allemande du film... Sur un film où chaque réplique compte pour bâtir le suspense, le travail d'une traductrice est éminent. Alors bravo à Eva...
Enseignante-chercheuse à Sorbonne-Université spécialisée en didactique de l'allemand et technologies éducatives, je m'intéresse à la traduction audiovisuelle et à l'audiodescription, domaines que je pratique à mes "heures perdues" (qui ne sont pas si perdues que cela, je trouve !). En matière de films, j'aime beaucoup Au-delà du silence (Jenseits der Stille) de Caroline Link (1996), illustrant la vie d'une jeune clarinettiste dont les parents sont sourds, Le Bonheur d'Emma (Emmas Glück) de Sven Taddicken (2006), une histoire d'amour empreinte d'humour et d'humanité, ainsi que presque tous les films ayant pour décor l'Allemagne de l'est avant la chute du mur, comme Gundermann d'Andreas Dresen (2018), qui raconte la vie du chanteur et conducteur de pelleteuse du même nom. Par ailleurs, je suis fan des films de Ken Loach, par exemple Kes (1969), et de ceux de Truffaut, par exemple L'enfant sauvage (1970).

Les commentaires sont fermés.